Le Yoga est une discipline spirituelle et corporelle qui vise à libérer l’esprit des contraintes du corps par la maîtrise de son mouvement, de son rythme et de son souffle. Cette discipline a des vertus relaxantes qui pourraient constituer une corde supplémentaire à l’arc de solutions médicamenteuses ou non pour la gestion de la migraine.

L’approche médicamenteuse est l’approche la plus proposée aux migraineux. D’après cette étude, 10% cesserait de prendre leurs traitements à cause des effets indésirables, et environ la moitié des patients ne seraient pas satisfait de leurs approches thérapeutiques. Les lacunes des options de traitements existants confirment la grande nécessité d’explorer d’autres stratégies complémentaires aux médicaments.

👇👇 Mais avant de prendre connaissance de l’article, dites nous : 👇👇

Une étude a été menée en Inde, entre 2017 et 2018, sur 115 patients migraineux épisodiques (avec ou sans aura), sur les effets du Yoga en complément d’une thérapie médicamenteuse. En s’intéressant à la fréquence des crises, leur intensité, la prise de traitement de crise et  l’impact de la migraine sur la qualité de vie des patients (via les questionnaires HIT-6 et MIDAS), les chercheurs ont étudié 2 groupes aux caractéristiques similaires: 

  • Dans le premier groupe, les patients présentaient une prise en charge médicamenteuse à laquelle s’ajoutait une pratique assidue de yoga (3 fois par semaine encadré par un thérapeute, en centre hospitalier, pendant 1 mois). Puis, suivait une période de pratique de Yoga avec un programme établi par le centre, à domicile, 5 jours par semaine pendant 2 mois. 
  • Dans le groupe témoin, les patients avaient bien une prise en charge médicamenteuse, sans pratique de Yoga, mais avec une incitation à faire de l’exercice physique

Pour calculer l’impact du yoga sur les crises de migraine, 2 outils ont été utilisés : 

  • L’évolution de la fréquence et de l’intensité des crises de migraine, ainsi que l’évolution de la prise de traitement de crise. 
  • L’évolution des scores obtenus aux échelles d’impact HIT-6 et MIDAS

A l’issue de l’étude, les deux groupes ont connu une amélioration des résultats en termes de fréquence, d’intensité et d’impact mais la tendance était plus rapide et plus constante dans le groupe pratiquant le yoga que dans le groupe témoin. 

🧘‍♀️ A quels leviers tient l’hypothèse que le Yoga pourrait jouer un rôle positif dans la prise en charge de la migraine ? 

Les auteurs de l’étude annoncent plusieurs hypothèses pour expliquer ce résultats : 

  • La pratique du yoga pourrait engendrer un état de calme et diminuer le stress. Le stress étant souvent déclaré comme facteur déclenchant, réduire le stress peut aider à réduire la fréquence et l’intensité des crises. 
  • La pratique du yoga peut également augmenter le taux d’oxyde nitrique (une molécule qui dilate les vaisseaux sanguins pendant la pratique sportive, qui est également une molécule relaxante). Une hypothèse suppose que cette augmentation du taux d’oxyde nitrique pourrait aider à réduire les crises de migraine.
  • La pratique du yoga pourrait avoir un effet bénéfique sur les tensions autour de la zone de douleur liées à la migraine (tête, cou, épaule, “arc temporel”) tout comme les tensions musculaires peuvent être citées comme facteur déclenchant. Le yoga pourrait agir positivement sur ce point. 

Ces résultats ont été repris par Adriane Dellorco, professeure de Yoga et migraineuse, durant le World Migraine Summit. Selon elle, le yoga permettrait de réduire le stress, de dénouer les tensions musculaires, de pratiquer une activité physique qui aurait un impact positif sur la migraine et d’être moins sensibles aux facteurs déclenchants. 

🤔 Mais alors, faut-il tous et toutes se mettre au yoga ? 

Les auteurs de l’étude notent tout de même les limites de l’étude : 

  • Les patients n’ont pas tous suivi de la même façon les conseils médicaux ou les exercices de yoga pour plusieurs raisons externes à l’étude : certains patients travaillent plus que d’autres, n’ont pas le même style de vie et n’ont pas les mêmes problèmes dans leur vie privée. Il a été observé que plus la migraine était sévère, plus les participants à l’étude avaient une pratique assidue du yoga. 
  • Il n’y a pas de groupe placebo, même si le groupe témoin était encouragé à pratiquer une activité physique régulière. 
  • L’essai s’est déroulé sur une courte période (3 mois) qui ne permet pas d’évaluer la l’impact de la pratique du yoga.
  • Les mesures sont subjectives puisqu’elles se basent sur des résultats de questionnaires remplis par les participants. Il serait intéressant d’utiliser des marqueurs biologiques pour comprendre exactement les mécanismes chimiques derrières les bénéfices observés du yoga.  

🤷‍♀️ Conclusion 

Il semble intéressant d’observer à une plus large échelle la faisabilité et l’efficacité de la pratique du yoga sur la migraine en complément d’un traitement médicamenteux, si ce n’est seulement pour l’aspect économique. Aux États-Unis, le coût direct des médicaments contre les maux de tête est de 3,2 milliards de dollars par an. Aussi le coût indirect liée à la baisse de productivité dûe à la migraine est d’environ 13 milliards de dollars par an. Compte tenu des résultats de cette étude, la pratique du yoga, qui nécessite peu de dépense, pourrait aider à peut-être réduire les coûts directs et indirects de la migraine. 

Prudence tout de même. Comme le rappelle la SFEMC dans ses recommandations, les bénéfices de la pratique du yoga dans la prévention de la migraine restent incertains : les preuves restent trop rares, et les études trop petites, pour faire une recommandation générale d’inclure la pratique du yoga dans la prise en charge de la de la migraine.