La question du sport peut être délicate pour les migraineux. A notre époque, le sport est recommandé à peu près partout : il est un allié minceur, il tonifie la peau, il permet de lutter contre la fatigue… Bref, il n’a presque que des bienfaits. Est-ce aussi le cas pour les personnes souffrant de migraine ? L’exercice physique permet-il de soulager les crises ? Est-il recommandable chez tout le monde ? Pour tous les types de migraine ? C’est ce que nous allons voir. 

💪 Exercice physique : une possible amélioration de la migraine 

Même dans le cadre de la migraine, l’exercice physique est recommandé pour soulager et prévenir les crises. Le sport permettrait, en effet, d’améliorer la qualité du sommeil et d’abaisser le niveau de stress. Il aide également à régulariser les heures de repas, le poids et limite le risque de dépression. Or, ces éléments sont bien souvent des facteurs déclenchants de la migraine. Il favorise aussi la sécrétion d’endorphine, une hormone responsable du sentiment de bien-être et de relaxation et qui augmente la tolérance à la douleur. 

C’est pour ces nombreuses raisons, entre autres, que l’Académie américaine de neurologie et la société américaine pour les maux de tête recommandent la pratique régulière d’un sport afin de réduire l’intensité et la durée des crises. 

🤸‍♂️ Quel sport pour la migraine ? 

Une revue de la littérature récente (2019) et publiée dans The Journal of Headache and Pain porte, plus particulièrement, sur la pratique modérée à intensive de l’aérobic. Pour rappel, l’aérobic est une gymnastique tonique ayant pour but de renforcer le système cardio vasculaire, d’oxygéner l’organisme et de brûler des calories. Ce sport combine des exercices de cardio, de stretching et de renforcement musculaire.

D’après cet article, la pratique régulière de l’aérobic permettrait une diminution du nombre de jour de migraine par mois. En conséquence, les chercheurs recommandent une pratique d’intensité modérée à élevée, allant de 3 à 5 jours par semaine, de l’ordre de 45 à 60 minutes par séances. Bien sûr, il convient de pratiquer sur plusieurs semaines et avec régularité pour en sentir les bienfaits.

Pourquoi, dans ce cas, ne conseille-t-on pas la pratique sportive comme traitement de la migraine, ou même juste comme complément au traitement ? Tout simplement parce que les études portant sur le sujet sont relativement peu nombreuses et très récentes. D’ailleurs, elles ne permettent pas encore d’apporter une réponse tranchée sur le sujet. 

Par exemple, on ne sait pas, à l’heure actuelle, déterminer à coup sûr une corrélation entre les crises de migraines et l’exercice physique puisque plusieurs éléments sont encore incertains : on ne sait pas quels sports sont optimaux, ni quels mouvements en particulier. 

Enfin, les mécanismes (biologiques, psychologiques) qui sous-tendent l’efficacité potentielle de la pratique sportive sur la migraine n’ont pas encore été précisément identifiés. 

En d’autres termes, un lien commence de plus en plus à se dessiner, mais il n’est pas encore complètement évident. D’autant que l’exercice physique pourrait n’avoir aucun impact sur certains types de migraines très spécifiques. 

🏊‍♂️ Le sport, facteur déclenchant pour certains.es migraineux.ses?  

A l’inverse, certaines personnes se plaignent de crises de migraine à cause du sport. En fait, 10% des migraineux citerait l’exercice physique comme facteur déclenchant des crises (lien de l’étude). Comment l’expliquer ? 

D’abord, il est important de souligner que les crises et les symptômes ne sont pas parfaitement identiques d’un individu à un autre. Chaque personne réagit différemment aux stimuli, de telle sorte qu’il est souvent difficile d’incriminer tel ou tel facteur déclenchant, ou de mesurer son implication. Néanmoins, il est possible d’observer des similarités entre individus. 

Une étude récente a, par exemple, étudié la récurrence des crises pendant l’effort chez une jeune nageuse de compétition de 26 ans. 

Celle-ci se plaignait de migraines intenses après ses entraînements, tout en précisant qu’elle ne s’échauffait jamais avant. Lorsqu’elle a intégré des échauffements qualitatifs (c’est-à-dire suffisamment longs et adaptés), ses crises de migraine post-effort ont entièrement disparu, et ce pendant 3 mois. Lorsqu’elle a de nouveau cessé ses échauffements, les migraines sont revenues. 

Plus généralement, ce serait surtout le sport intense, pratiqué sans échauffement qui entraînerait la survenue de crises de migraine pendant ou après l’effort. Et si le sport aggrave les crises, cela ne concerne que les crises survenues pendant l’effort, ou légèrement après. Et encore, l’exercice physique n’entraînerait aucune aggravation des symptômes ou des crises sur le long terme. En 1994, l’International Headache Society a d’ailleurs donné un nom à ces maux de tête particuliers : les céphalées d’effort primaire

Notons d’ailleurs que l’aggravation des crises pendant l’effort peut être imputée à d’autres facteurs : la déshydratation pendant l’effort, la chaleur excessive, le fait d’être confiné s’il s’agit d’un sport en intérieur. 

Conclusion

La pratique régulière d’intensité modérée d’un sport, avec un échauffement sérieux, au préalable, ne provoquerait aucune aggravation de la migraine sur le long terme. Mieux : elle serait susceptible de réduire la fréquence et l’intensité des crises.

Le sport constitue un allié particulièrement précieux dans la lutte contre la migraine, bien qu’il ne se substitue pas à un traitement. Il semble donc opportun de l’intégrer à un mode de vie sain, au même titre que la nutrition. 

Néanmoins, chaque individu étant différent, les pratiques et les bénéfices varient en fonction de chacun. Il est donc parfois difficile de trouver quel sport nous correspond le mieux. Pour cela, n’hésitez pas à référencer régulièrement vos pratiques sportives. Apo Migraine vous propose d’indiquer sur le calendrier de migraines, les jours où vous avez pratiqué un sport afin d’en mesurer les éventuels bénéfices sur le long terme. De cette manière, vous trouverez plus facilement quel sport a un impact positif sur vous !